Lieu de travail
2014-01-16 02:05:28 +0000 2014-01-16 02:05:28 +0000
333

Qu'est-ce qu'une façon "amicale" de faire savoir aux managers qu'avoir de bons développeurs est un privilège ?

Je travaille pour une petite entreprise, où nous avons récemment changé de managers. Le nouveau directeur n'a aucune expérience de la gestion des développeurs, et l'ancien directeur a pris un rôle de développement pour combler les lacunes laissées par les développeurs seniors qui quittent l'entreprise et ne peuvent pas trouver de remplaçants.

J'ai récemment été écarté, parce que j'ai tendance à ne rester au bureau que 6-7 heures, ou à faire des courses en milieu de journée, lorsque mon travail ne nécessite pas de collaboration avec d'autres développeurs et que je ne suis pas en retard. On m'a demandé d'être présent au bureau pendant 8 heures, sans autre raison que mon absence peut faire croire aux autres employés qu'ils peuvent sortir un peu ou travailler moins longtemps.

Je crois qu'il a également pris à part un autre développeur senior et leur a dit la même chose, ce qui me dérange, parce que ce développeur est moins compréhensif et je ne pense pas que la société puisse continuer s'il devait partir.

La réalité est que n'importe lequel de nos développeurs seniors peut sortir et avoir un nouveau travail avec un salaire jusqu'à 30-40% plus élevé en une semaine. La plupart d'entre nous ne restons ici que pour l'environnement occasionnel, et pour pouvoir mélanger notre temps personnel à nos journées de travail.

Comment puis-je faire savoir à ce responsable qu'il n'est pas en mesure d'avoir des attentes à notre égard, au-delà du fait que nous produisons des logiciels de qualité selon le calendrier prévu ? J'ai du mal à comprendre comment je peux transmettre cela sans passer pour un con ou une menace.

Réponses [19]

388
2014-01-16 04:45:05 +0000

Le travail de votre manager consiste à vous gérer. Vous voulez dire à votre manager que vous allez partir s'il essaie. Ce sera une discussion contradictoire, quoi qu'il arrive. Si vous voulez faire passer le message sans lui poser d'ultimatum, vous devez d'abord comprendre son raisonnement, puis vous devez lui expliquer doucement le vôtre. Quoi qu'il dise, respectez son autorité en tant que manager et terminez la conversation en bons termes.

Comprendre son raisonnement

"Essayez de voir honnêtement les choses du point de vue de l'autre personne"

  • Dale Carnegie, Comment se faire des amis et influencer les gens

Vous suggérez que ce nouveau manager ne parle que de la journée de huit heures car il n'a jamais travaillé avec des développeurs auparavant. En êtes-vous sûr ? L'ancien manager aurait pu être démis de ses fonctions parce qu'il n'a pas fait respecter les règles. Peut-être que la direction a remarqué que les gens étaient constamment absents du bureau et a demandé au nouveau directeur d'améliorer la situation. Peut-être s'inquiète-t-il de manquer de personnel parce que d'autres développeurs partent.

Chacun de ces problèmes est très différent de son point de vue, et nécessite une finesse différente pour travailler de votre côté. Plutôt que d'entrer et de poser un ultimatum, la première chose à faire est de lui demander quel est son raisonnement. Par exemple :

Hé patron, je voulais faire un suivi de la conversation que nous avons eue sur les horaires de travail. Depuis que nous avons rejoint l'entreprise, nous avons tendance à avoir des horaires de travail flexibles et nous encourageons un équilibre sain entre vie professionnelle et vie privée, à condition que le travail soit fait à temps. Puisque nous allons travailler ensemble, je veux essayer de comprendre vos objectifs pour me gérer de cette façon. Pourriez-vous m'expliquer ce changement ?

Le but est de dire : "Cela semble un peu soudain, donc en tant qu'adulte mûr, je veux le comprendre", plutôt que de passer à l'offensive. Cela lui donne une chance d'y réfléchir, de vous expliquer et peut-être même de vous choquer en ayant une bonne réponse.

Expliquez doucement votre opinion

"Ne critiquez pas, ne condamnez pas et ne vous plaignez pas"

  • Dale Carnegie, Comment se faire des amis et influencer les gens

Vous pouvez être en désaccord avec son raisonnement. Vous pouvez penser qu'il est stupide et qu'il fera démissionner tout le monde. Et c'est possible. Mais lui dire cela directement ne fera rien d'autre que le contrarier. Vous devez lui expliquer doucement votre position, par exemple :

Si je suis si fidèle à ce poste et à cette entreprise, c'est en partie grâce à la flexibilité qu'elle m'offre. Je comprends que vous voulez que je sois ici 8 heures par jour parce que <raison x>, y a-t-il un moyen de trouver une façon de satisfaire vos besoins, tout en me laissant une certaine flexibilité lorsque j'ai des choses dont je dois m'occuper pendant les heures de travail ?

En cherchant un moyen de faire un compromis, et en lui demandant de vous mener à la réponse, il sera bien plus disposé à vous donner une certaine marge de manœuvre que si vous l'exigez simplement, peu importe ce qu'il veut.

Respectez son autorité

Au bout du compte, c'est lui le responsable et il est chargé de prendre ces décisions, que vous soyez d'accord ou non avec elles. Respectez cela.

S'il fait des compromis et vous laisse un peu de flexibilité, dites : "Merci beaucoup, j'ai hâte de travailler avec vous"

S'il ne fait aucun compromis et vous dit de travailler 8 heures par jour et de prendre des vacances si vous avez des courses, dites : "Merci beaucoup, j'ai hâte de travailler avec vous"

Le fait de poser un ultimatum ne le fera pas changer d'avis. Si vous ne pouvez vraiment pas vivre avec sa décision, commencez à l'interviewer ailleurs et envoyez-lui votre lettre de démission. Menacer de démissionner ne rendra pas votre vie professionnelle plus agréable (cela ne fera qu'empirer les choses), donc mieux vaut démissionner en bons termes. En négociant avec vos pieds, vous obtiendrez de bien meilleurs résultats qu'en vous battant avec votre supérieur.

388
88
2014-01-16 14:47:34 +0000

La réalité est que n'importe lequel de nos développeurs seniors peut partir et avoir un nouvel emploi avec un salaire jusqu'à 30-40% plus élevé en une semaine. La plupart d'entre nous ne restent ici que pour l'environnement occasionnel, et sont capables de mélanger leur temps personnel à leurs journées de travail.

Comment puis-je faire savoir à ce responsable qu'il n'est pas en mesure d'avoir des attentes à notre égard, au-delà du fait que nous produisons des logiciels de qualité selon le calendrier prévu ? J'ai du mal à comprendre comment je peux transmettre cela sans passer pour un con ou une menace.

J'ai littéralement eu une conversation à ce sujet avec mon patron hier. Mon équipe a travaillé plus de 50 heures par semaine avec des heures supplémentaires payées, mais j'ai décidé (en tant que seul développeur d'une équipe de non-développeurs) après Noël de ne pas faire cela continuellement. Je subis effectivement une baisse de salaire de 30 % en supprimant ces heures.

Mais je suis dans une situation très similaire, où je suis pleinement conscient que mes compétences me permettraient de gagner plus d'argent ailleurs et qu'il serait facile de trouver un emploi si je le voulais.

Voici ce que j'ai fait :

  1. Ne pas usurper l'autorité de votre patron. Votre patron est votre patron, votre manager et, en fin de compte, le responsable de votre succès. Assurez-vous que cela soit clair pendant la conversation. Vous voulez que votre patron/directeur comprenne que vous respectez toujours l'autorité de votre patron, sinon toute conversation de ce genre sera perçue comme menaçante.
  2. **Trouvez des moyens de faire en sorte que ce soit "gagnant gagnant". Votre perspective doit changer de façon globale, passant de "comment obtenir ce que je veux" à "comment mon manager et moi-même obtenons ce que je veux". C'est important. Ce n'est pas vous contre le manager (cela semble être votre état d'esprit). Votre but n'est pas de "gagner" cette discussion, mais de trouver un terrain d'entente mutuellement acceptable.
  3. **Votre manager n'est pas l'ennemi... Encore une fois, n'abordez pas cette question en cherchant à vous "battre" ou à "gagner". C'est important si vous voulez que cette conversation se passe bien.

Cela étant dit, nous avons couvert une attitude que vous devez avoir pour qu'une conversation comme celle-ci soit réussie. Vous devez maintenant avoir une raison et une justification pour "gagner gagner".

Voici ce que j'ai fait dans mon approche :

  • J'ai été honnête. Je ne pense pas que travailler 50 heures me rende globalement plus productif que travailler 40 heures. Si je travaille moins, je suis incité à maximiser ma productivité, etc. Cela est bénéfique pour mon patron car, en fin de compte, sa responsabilité est de tirer le meilleur parti possible de mon travail. Si je travaille 60 heures par semaine parce que je suis paresseux ou 40 heures parce que je suis prêt à être hyper concentré, alors c'est bénéfique. Plus précisément : 002 - Je ne fais pas autant de choses quand je suis épuisé
  • Je perds le moral de manière significative quand je "compte les heures" par rapport à "faire les choses"
  • J'aime être productif et par conséquent je veux optimiser mon horaire de travail
  • Je fais facilement du travail supplémentaire en ne me reposant pas (bugs, code non optimal/bon, etc) ce qui compense le solde
  • Je ne travaille pas principalement pour l'argent
  • J'ai trouvé des moyens de communiquer le bénéfice mutuel de travailler moins et plus de travail de qualité. Vous devez absolument le faire. Vous ne pouvez pas poser d'ultimatum. Votre manager doit comprendre qu'il y a un avantage mutuel.

Vous voudrez peut-être discuter de la culture de l'entreprise et de la façon dont l'horaire flexible vous permet de faire votre travail plus facilement parce que vous êtes détendu et que la dynamique d'équipe est vraiment bonne à ce niveau.

Soyez également conscient que votre nouveau patron peut être nouveau dans la culture de votre équipe. Il lui sera difficile de s'adapter à cette culture. Soyez conscient de cela et reconnaissez qu'il n'a pas l'expérience de votre culture d'équipe.


Juste une parenthèse, votre poste se lit un peu comme suit : "J'aime vraiment pouvoir ne pas travailler dur et avoir un travail facile parce que mon patron sait que s'il s'attend à un travail dur, je démissionnerai". Si vous avez cette attitude, je suppose que le poste ci-dessus ne s'applique pas vraiment...

88
38
2014-01-16 02:25:26 +0000

Votre manager est votre manager. À moins que l'entreprise n'interdise expressément que votre rôle soit fixé à des heures fixes, ou que votre directeur ne puisse pas fixer des heures fixes, ou que vous ayez un contrat qui contrôle cela, alors votre directeur a le pouvoir de le faire.

Si vous n'aimez pas cela, vous pouvez le dire à votre directeur, mais souvenez-vous que ce pouvoir est souvent réservé aux directeurs, et non aux employés. Vous pourriez considérer qu'il s'agit d'une nouvelle politique et que, habitué à l'ancienne, vous aurez besoin de temps pour adapter votre horaire de travail à cette nouvelle exigence, bien que cela soit acceptable et que votre question semble vouloir être débattue. Vous pourriez essayer d'expliquer les choses qui intéressent votre supérieur, par exemple : "Patron, je sais que vous préférez avoir un horaire normal, mais lorsque je peux utiliser l'horaire flexible, je finis par faire du travail supplémentaire le soir, après être rentré chez moi. Si nous nous en tenons aux horaires réguliers, ces avantages pour l'entreprise disparaîtront et nous devrons réévaluer nos résultats"

Vous pourriez essayer de lui dire que les horaires flexibles ont été annoncés comme un avantage lorsque vous avez accepté le poste, et que c'est un avantage important pour vous. Vous pourriez dire à votre patron que la suppression de l'horaire flexible entraîne une réduction équivalente de votre rémunération, et que vous estimez que vous devez recevoir une rémunération plus élevée sous une autre forme s'il décide de ne pas vous accorder cette rémunération particulière. Mais soyez prudent, car cela peut être considéré comme très conflictuel s'il n'est pas traité avec beaucoup de précaution.

Si vous n'aimez vraiment pas cela, vous pouvez essayer de parler aux RH, si vous avez un département RH, ou vous pouvez toujours trouver un nouvel emploi.

38
36
2014-01-16 12:18:02 +0000

La plupart d'entre nous ne restent ici que pour l'environnement occasionnel, et pour pouvoir mélanger leur temps personnel à leurs journées de travail.

Commencez par lui dire cela, en le faisant précéder de "Hé patron, j'ai une dure vérité à partager. Je crois que...". Vous lui rendrez service : une telle perspicacité est essentielle pour que votre manager puisse faire son travail efficacement. S'il est taillé pour son nouveau rôle, il vous sera sincèrement reconnaissant d'en avoir parlé avec lui.

Cela dit, je vois quelques signaux d'alarme :

  1. Le nouveau directeur n'a aucune expérience de la gestion des développeurs
  2. L'assiduité est la mesure la plus paresseuse (et la moins utile) sur laquelle un manager doit se concentrer
  3. Raison pour laquelle les développeurs travaillent dans votre entreprise (essentiellement parce qu'ils ne doivent pas travailler une journée entière)
  4. La formulation du point 3 (pourquoi vous "restez ici", par opposition à pourquoi vous "aimez travailler" ici)
  5. Les implications du point 4, combinées au fait qu'il s'agit d'une petite entreprise

Si ma franchise ne vous dérange pas, vous vous devez probablement de trouver un nouvel emploi. Ce n'est peut-être pas toujours facile pour vous, ni pour nous, développeurs de logiciels, en général. Nous avons la chance de travailler dans un domaine en pleine effervescence ; ne gâchez pas cette opportunité juste pour pouvoir travailler à temps partiel tout en étant payé à plein temps. Croyez-moi, cela ne vaudra pas la peine à long terme (à moins que vous ne fassiez plus que des courses pendant votre temps libre).

Mais ce n'est que mon opinion (basée sur plus de 10 ans de travail dans le domaine de la technologie), n'hésitez pas à la prendre ou à la laisser.

36
17
2014-01-16 09:11:32 +0000

J'ai récemment quitté mon emploi après avoir obtenu un poste dans une autre entreprise et j'aimerais vous faire part de mon opinion sur cette situation.

Si la direction ne connaît pas les prix actuels du marché pour votre poste, faites-le lui savoir très discrètement et en privé, en étant aussi franc que possible. Dites-leur combien il est important de maintenir le système en vie et à quel point il dépend des développeurs actuels, donnez-leur un aperçu de l'importance de chaque développeur et du niveau de formation et de connaissances qu'il faut pour occuper ce poste. Donnez-leur ensuite le temps de s'adapter (une semaine maximum) car ils devront vérifier ces informations.

À ce stade, ils devraient vous appeler, vous et vos collègues, pour vous proposer de nouvelles options de paiement ou de meilleures conditions de travail. S'ils ne le font pas, cela signifie probablement qu'ils ne s'inquiètent pas d'avoir échoué à évaluer le marché des développeurs (ce qui signifie simplement qu'ils sont irresponsables), qu'ils sont fauchés ou qu'ils se moquent que le système fonctionne et qu'ils ont une stratégie de sortie.

Edit :

Je voudrais ajouter que tant que vous ne hate cette société, essayez de rester jusqu'à ce que vos souhaits soient satisfaits. La direction peut essayer de vous satisfaire par un changement de poste qui ne lui coûtera rien, ou un changement symbolique de privilèges ou de salaire. Soyez persévérant pour surmonter cette étape managériale, refusez les offres si elles ne vous satisfont pas, donnez-leur autant de chances que possible. Ce n'est que du business. Ne vous contentez pas de jeter tout ce que vous avez fait là-dedans.

17
14
2014-01-16 15:55:29 +0000

Je trouve utile de considérer ma relation avec mon employeur comme une relation d'affaires. Je fournis un service et je reçois des prestations. Ils fournissent des prestations et reçoivent un service. Si, à un moment donné, je pense que la relation est déséquilibrée, je peux soit chercher à l'ajuster, soit trouver un nouveau poste avec une relation mieux adaptée.

Cela signifie qu'il m'appartient de décider de la voie à suivre. Si j'aime mon employeur actuel et qu'il décide de me forcer à suivre un horaire fixe, je lui ferai savoir qu'il faut prévoir quelque chose de son côté de la relation pour compenser. Si je ne peux pas accepter les nouvelles exigences, je leur fais savoir que c'est inacceptable. C'est alors à eux de décider si la relation d'affaires vaut la peine de forcer la note, ou d'adapter leur entreprise pour répondre à mes exigences.

Si nous ne pouvons pas résoudre le conflit, nous mettons fin à la relation. Ce n'est pas parce que l'une ou l'autre des parties est mauvaise, c'est juste que les choses ont suffisamment changé d'un côté ou de l'autre pour que nous ne soyons plus compatibles.

Dans votre cas, la direction a changé, et ils vous donnent un nouveau planning. Ils vous ont donné des raisons - que ces raisons soient valables ou non n'a pas d'importance de votre point de vue. Jusqu'à présent, vous avez pu continuer à travailler avec eux parce qu'ils vous offraient de la flexibilité, mais maintenant ils vous ont enlevé cela et ne l'ont pas remplacé par autre chose qui ferait que garder cette relation vivante en vaudrait la peine pour vous.

Vous pouvez négocier avec eux, et/ou chercher un employeur qui répondra mieux à vos besoins.

14
12
2014-01-16 09:51:09 +0000

Je pense et j'ai déjà dit en d'autres occasions [...] que les développeurs devraient être évalués en fonction de la qualité de leur travail et de leurs résultats et non pas en fonction du temps qu'ils consacrent à leur travail. Je pense que c'est une vieille façon de traiter les postes de bureau qui s'est glissée dans le développement.

Je convoquerais une réunion avec ce nouveau responsable et lui demanderais s'il pense que la qualité et/ou le volume de votre travail pourraient être améliorés. Si c'est le cas, il se peut que vous ayez besoin de temps supplémentaire. Si ce n'est pas le cas, je lui demanderais pourquoi il voudrait que vous restiez assis à votre bureau pendant une heure supplémentaire s'il obtient de vous ce dont il a besoin pendant le temps que vous y consacrez déjà et ce qu'il attend de cette heure supplémentaire.

Si vous avez 8 heures de travail à faire et que vous le terminez en 7 heures, pourquoi des personnes qui ne peuvent le terminer qu'en 9 heures auraient-elles des raisons de vouloir quitter le travail plus tôt parce que vous le faites ? Vous (comme de nombreux développeurs) avez besoin d'un environnement de travail détendu et vous forcer à rester alors que vous êtes en avance sur votre planning n'est pas relaxant. Dites-lui que vous acceptez un salaire inférieur à la moyenne dans votre poste actuel parce que vous aimez la liberté que vous avez dans ce rôle, que cela rend votre environnement de travail agréable et que vous imposer des restrictions inutiles revient à vous enlever la raison même pour laquelle vous appréciez cette entreprise.

12
11
2014-01-16 12:04:02 +0000

Personne n'est indispensable. Une vérité gênante, mais que vous pourriez prendre en considération lorsque vous vous demanderez si le nouveau régime vous plaît ou non.

Le nouveau directeur n'a peut-être pas l'expérience des développeurs, mais s'il est un bon directeur, alors il apprendra. S'il apprend, alors tout le monde en profitera.

Est-ce qu'il fait des chats 1-1 pour voir comment vous vous en sortez ? C'est une pratique courante dans les environnements de développement de logiciels et c'est un signe (du moins la tentative) de suivre une bonne gouvernance.

"Avoir une petite conversation" peut être le signe de pratiques de gestion des performances douteuses, vous ne pouvez pas porter un jugement sans preuves. Parlez peut-être à votre collègue de ce qui a été dit ou n'a pas été dit.

En ce qui concerne le retour au développement du poste de votre ancien manager, qu'a-t-il dit à ce sujet ?

Tout compte fait, la meilleure approche est d'être non conflictuelle, de rassembler vos informations, puis de prendre une décision. En fin de compte, vous devez être dans un environnement de travail confortable où l'entreprise vous apprécie et où vous avez le sentiment de faire ce qu'il faut.

11
6
2014-01-16 10:48:05 +0000

Je suis toujours étudiant, mais j'ai rencontré un problème similaire lors d'un précédent stage.

Mon parcours consistait à éviter de menacer (dans la mesure du possible) et à dire simplement : "Ce sont les exigences de mon poste, qui impliquent que je développe x et y dans le délai z. À ma connaissance, je suis en fait largement en avance sur toutes mes échéances. Je ne sais pas vraiment pourquoi cela me pose un problème de faire des courses pendant la journée si je remplis toutes mes exigences et si je ne dérange personne"

La réponse que j'ai obtenue était essentiellement "râler râler ... devoir travailler x heures ... râler râler ... ne pas avoir de gens qui se relâchent", et j'ai alors demandé comment je me relâchais. La conversation s'est terminée là, sans autre plainte de leur part.

Si votre manager est "juste" un manager (ce qui signifie qu'il n'a aucune expérience de développeur), il y a de bonnes chances qu'il travaille encore sur l'ancienne idée de "mettre les heures requises". Il vaut la peine de souligner gentiment que vous remplissez toutes les exigences.

En ce qui concerne l'autre développeur que vous avez mentionné, le fait de souligner l'importance du travail de cette personne peut rendre le manager plus sensible à son égard. Malheureusement, je ne pense pas qu'il y ait une façon "gentille" de lui dire qu'il fait l'idiot...

D'un autre côté, cela ne semble pas être le plus merveilleux des emplois, alors peut-être vaut-il la peine de regarder quand même ?

6
5
2014-01-16 13:35:13 +0000

Procurez-lui une copie de Tom DeMarco 's Peopleware et ajoutez-y un marqueur à la page sur Spanish theory management (STM). La STM fait référence au concept d'exploitation minière comme une ressource, à l'instar des Espagnols qui ont essayé de s'enrichir en exploitant l'or en Amérique du Sud plutôt que de leur laisser une certaine autonomie pour innover (les Britanniques ont innové à la même époque et cela a eu beaucoup plus de succès) et DeMarco en parle dans son livre.

Laissez peut-être le livre traîner quelque part dans la vision du patron, pour qu'il le prenne (accidentellement) et le lise et comprenne la différence entre un "travailleur du savoir" et un "bouche-trou". J'ai eu des patrons "théorie espagnole" et en tant que développeur, c'est la dernière chose que vous voulez, à moins que l'argent soit assez bon pour que vous le tolériez.

S'il le lit, tout devrait être bien et bien. S'il ne le fait pas, laissez peut-être une page de navigateur ouverte avec les tarifs des entrepreneurs visibles dessus afin qu'il puisse engager une conversation avec vous dans une position moins autocratique.

Ce type est nouveau et se sent probablement en insécurité - alors soyez son ami, impliquez-le dans ce que vous faites en lui expliquant et impliquez-le dans l'estimation et partagez le drame avec lui. Vous comblerez le fossé de communication et tout le monde pourra redevenir productif.

5
3
2014-01-16 18:21:58 +0000

OP, c'est une bonne question.

Huit heures dans une journée est un nombre arbitraire. Il peut être indiqué explicitement dans votre contrat (ce que, j'en suis sûr, votre employeur oubliera commodément lorsqu'il voudra que vous travailliez plus que cela), mais cela reste arbitraire. Huit est un chiffre. Cela pourrait être sept, cela pourrait être neuf.

Prenez, par exemple, la recommandation, communément admise, selon laquelle vous devriez boire huit verres d'eau par jour. Il s'avère que cette recommandation est basée sur la consommation d'eau recommandée pour un homme de 35 ans pesant 250 livres. Les huit verres d'eau sont basés sur certaines hypothèses qui peuvent ou non être vraies dans votre cas.

Je pense qu'il y a deux questions ici - est-il raisonnable de travailler selon un horaire flexible, ou de demander d'autres dispositions spéciales qui pourraient ne pas être considérées comme standard, et est-il raisonnable d'attendre de votre responsable qu'il comprenne et coopère à ce sujet. La réponse à ces questions est oui et non, respectivement.

Dois-je travailler huit heures ?

Non, bien sûr que non. Comme indiqué ci-dessus, il s'agit simplement d'un nombre arbitraire. Il est basé sur des hypothèses concernant le temps qu'une personne peut être productive et le temps dont elle a besoin pour sa vie personnelle, ce qui n'est pas nécessairement vrai pour vous.

Vous êtes probablement la seule personne à savoir avec certitude combien d'heures vous devez travailler. Personnellement, je ne suis pas très productif après six heures de travail ou plus. Lorsque quelqu'un me dit que je devrais être productif pendant huit heures, je lui demande d'où vous tenez ce chiffre et quelles sont vos hypothèses.

Les PDG et autres cadres sont connus pour partir à trois heures ou pour fixer leurs propres horaires. Ce n'est pas parce qu'ils sont paresseux - la plupart des PDG travaillent très dur. Cependant, comme ils n'ont personne à qui répondre, ils gèrent leur journée en fonction de leurs besoins, par rapport à un critère de référence approximatif, censé s'appliquer à tout le monde.

Est-il raisonnable de supposer qu'il existe un moyen de convaincre mon patron de voir les choses de cette manière ?

Ce n'est certainement pas une hypothèse raisonnable à faire. Votre patron est un être humain, et il est donc totalement impossible de savoir avec certitude comment il va réagir à quelque chose ou comment l'amener à se comporter d'une certaine manière.

Généralement, si un patron fonctionne selon un système de quotas d'heures, c'est parce qu'il est confus et effrayé. Vivant constamment dans un état d'incertitude quant à leur sécurité d'emploi (parce qu'ils ne sont pas de très bons gestionnaires, ceux qui supposent que tous les employés ont les mêmes exigences), ils essaient d'exercer le plus de contrôle possible sur la situation.

Les personnes qui sont confuses et effrayées ne sont pas raisonnables. Si vous offrez à une personne qui fuit une ruée de bétail 500 $, elle vous courra probablement après. C'est parce qu'un tel état d'esprit nous rend très résistants à toute intervention extérieure.

Que dois-je faire ?

À mon avis, vous ne devriez pas faire quelque chose que vous pensez n'avoir aucun sens, même si votre patron vous le demande.

Il est important d'évaluer de manière indépendante tout ce qu'on vous demande de faire, et de vous assurer que cela a du sens, avant de le faire.

Je dis cela parce que le fait de le faire développe la pensée critique, et l'indépendance. Lorsque vous faites quelque chose que vous pensez n'avoir aucun sens, juste pour apaiser un manager, vous construisez la codépendance et la complaisance.

En fin de compte, si vous passez des années de votre vie à agir de manière complaisante, vous deviendrez complaisants. Et c'est votre vie, donc c'est à vous de décider.

Si votre patron n'est pas raisonnable, vous devriez démissionner. Tout de suite. Comme on dit, "la personne qui a perdu son emploi pour une raison stupide, en trouve toujours un meilleur rapidement."

3
3
2017-03-23 10:30:41 +0000

Malheureusement, vous vivez actuellement la collision de la différence de mentalité entre les employés de bureau et les développeurs de logiciels. Voici les faits concernant les environnements de bureau que vous devez accepter le plus rapidement possible :

  • Votre responsable ne peut pas comprendre votre valeur technique. Il n'a pas les compétences ou l'expérience technique nécessaires pour comprendre votre différence par rapport aux autres développeurs. Vous pouvez penser que vous avez de la valeur parce que vous résolvez d'énormes problèmes techniques plus rapidement et mieux que quiconque, mais cela ne fait en fait aucune différence pour lui. Si vous partez, il engagera "un autre développeur". Le nouveau développeur peut déclarer que les problèmes que vous avez résolus sont "insolubles", mais si son rapport est solide, votre responsable sera d'accord avec cela. Il peut commettre des erreurs qui coûtent très cher à l'entreprise, mais comme votre directeur ne peut pas s'en rendre compte, ce n'est pas un problème. S'il reste assis sur son bureau pendant 8 heures, il rendra votre directeur plus heureux que vous.

  • Votre directeur a votre responsabilité sur ses directeurs. Si vous n'arrivez pas à l'heure ou si vous ne quittez pas le bureau à midi, son manager vous posera des questions et il aura du mal à vous répondre. Il se tournera vers vous immédiatement.

  • Les gens sont généralement jaloux et rancuniers de nature. Ainsi, si vous faites moins d'heures que vos collègues, ils se mettront en colère à l'intérieur, peu importe vos compétences, ou vous les surpassez déjà et même vous n'avez aucune tâche assignée et vous devrez boire du thé et surfer sur Internet pour le reste de la journée. Et votre directeur doit assurer la stabilité du bureau, même s'il est d'accord avec vous. Ne le prenez pas personnellement.

  • Votre accord avec votre employeur stipule que vous devez être au travail pendant 8 heures, sinon vous ne serez pas payé. Je pense que c'est une bonne raison au-delà de tout ce qui précède.

Ce sont des faits auxquels vous ne pouvez pas échapper. En étant dans des environnements similaires pendant 10 ans, voici les solutions que je pourrais trouver :

  • Travailler plus lentement. Si vous accomplissez toutes vos tâches et que vous buvez du thé pendant le reste de la journée, vous serez "le gars qui boit du thé la moitié de la journée". Si vous luttez toute la journée et que vous accomplissez à peine une tâche, vous serez "Un employé qui travaille dur et qui garde ses performances jusqu'à la dernière minute".

  • Vous pourriez demander à travailler à domicile une ou deux fois par semaine. S'ils ne voient pas que vous ne faites rien, ils seront heureux tant que vous accomplirez vos tâches.

  • Si aucun d'entre eux ne travaille, il existe des entreprises technologiques "safe heaven" qui ne vous demandent pas où vous êtes, si vous faites bien votre travail. (Coïncidence, ce sont généralement les meilleures entreprises du monde) Vous pourriez envisager de passer à l'une d'entre elles.

3
3
2014-01-18 03:26:38 +0000

Ne vous confrontez pas. Expliquez votre point de vue en langage de gestion - comment cela améliore la productivité, plutôt que les avantages personnels égoïstes.

La journée de travail de 8 heures est basée sur des chaînes de montage et des tâches heuristiques. En tant qu'ingénieur logiciel, vous avez besoin de beaucoup de courtes périodes de concentration et de repos entre les deux. Il est tout à fait possible de travailler 8 heures par jour sans rien accomplir.

Après un peu d'expérience et beaucoup de recherches (environ un an de suivi de tout ce que je fais), je trouve que la quantité optimale de travail pour un développeur de logiciels est de maximum 200-300 minutes par jour. Ce sont des minutes. Cela ne se résume pas à 3-5 heures par jour. C'est plus souvent 4-5 heures, selon le niveau de la discipline.

Vous pouvez trouver votre propre optimum en vous basant sur vos recherches personnelles, mais ce sont mes conclusions personnelles.

Après cela, j'écris un rapport basé sur ce à quoi toutes ces minutes sont consacrées. Par exemple, 200 heures passées à corriger un bug de caméra, 50 minutes passées en cache, 75 minutes passées à remanier et à commenter.

Proposez de faire la même chose pour votre manager. Les employés seront heureux de travailler 200 minutes/jour. Les managers sont heureux, parce que cela leur donne un sentiment de contrôle si tout le monde écrit un rapport sur tout. Les managers détestent simplement que vous passiez trois heures à programmer, à dire... une icône clignotante et à demander pourquoi cela a pris autant de temps.

L'effet secondaire est que c'est aussi une façon délicate d'expliquer que les réunions sont une perte de temps. Il sera également utile pour prédire le temps nécessaire à l'accomplissement de certaines tâches... Ainsi, si le développeur A fait un truc d'interface utilisateur en 200 minutes et le développeur B en 350, la direction sait que le temps nécessaire pour faire la même chose à l'avenir se situe entre 200 et 350 minutes. Et si elle dépasse ce temps, ils peuvent dire ce qui ne va pas.

Le temps excédentaire est mieux utilisé en se relaxant, car la relaxation vous aide à être plus productif à l'avenir et améliore le moral de l'entreprise. Vous avez vous-même admis que le bon moral de l'entreprise signifie un taux de rétention plus élevé et moins d'argent dépensé en salaires. Faites-lui comprendre cet avantage du moral.

S'il s'obstine à vous faire travailler 8 heures alors qu'il est plus productif pour travailler moins d'heures, alors ce n'est pas un bon manager ; il veut simplement le contrôle et le pouvoir. C'est bien s'il est simplement inexpérimenté et ne sait pas comment les choses fonctionnent. Nous avons tous appris sur le tas. Mais s'il refuse obstinément de ne pas apprendre, il démissionne ou se fait remplacer. Refuser d'écouter les personnes qu'il dirige fera tomber toute l'équipe et toute l'entreprise.

3
2
2014-07-25 14:23:38 +0000

Pendant de nombreuses années, j'ai constaté que les personnes créatives travaillent mieux en étant le plus libre possible. De temps en temps, quelqu'un en abuse, et il faut faire face à cela de manière individuelle. En général, cela signifie qu'il faut leur permettre de passer à autre chose. Assurez-vous que vous n'êtes pas dans cette catégorie.

Peut-être que votre superviseur actuel a été mis en place pour "resserrer" une culture qui est devenue incontrôlable. Si c'est le cas, ne le combattez pas, travaillez avec lui. Aidez-le à réussir et il travaillera avec vous. Considérez qu'il a peut-être été mis en place pour permettre à certains délinquants flagrants de passer à autre chose.

Si votre horaire flexible, qui est l'un des meilleurs et des moins chers avantages qu'un employeur puisse offrir, est devenu un problème, trouvez un compromis. Travaillez avec votre superviseur et élaborez un horaire qui vous convienne à tous les deux ; fixez votre temps de course, assurez-vous que l'horaire indique que vous serez à votre place autant qu'il a besoin que vous le soyez.

Il était une fois (il y a 30 ans), moi aussi je courais en milieu de journée. Quand je courais, je ne pensais pas aux pas, je pensais à n'importe quel problème qui me rendait perplexe. Certains de mes meilleurs moments "ah-ha" sont arrivés pendant que je courais le long de la digue. Le dépaysement et l'air frais peuvent faire des merveilles. Je n'ai que trois promoteurs salariés à plein temps, mais je paie un abonnement à un club de gym d'entreprise dans le meilleur endroit de la ville, juste pour les faire sortir de leur fauteuil.

Par-dessus tout, faites tout ce qu'il faut, pour éviter de rendre la situation conflictuelle. C'est une situation qui n'est jamais gagnante pour personne.

Allez travailler demain, déterminé à faire partie de la solution. Vous avez l'air d'un grand contributeur, travaillant dans ce qui pourrait être une bonne situation. Travaillez pour garder les deux.

2
2
2014-01-17 20:27:39 +0000

La productivité d'une personne peut diminuer après n nombre d'heures, tout en restant supérieure à 0 %. En supposant que la vôtre commence à diminuer après six heures consécutives, votre patron obtiendra toujours plus sur 2 heures à 50% que sur 0 heures à 100%.

Nous sommes tous moins productifs à la fin d'une journée de travail. Les personnes d'âge mûr font face à cette situation en organisant la journée de manière à mettre en place des éléments qui fonctionnent bien en dépit d'une productivité réduite. Je pourrais faire la plus grande partie de mon développement le matin et garder le matériel de formation nécessaire pour la fin de la journée. Ou je peux organiser ma boîte de réception. Un problème avec votre question est que vous pensez que votre patron traite cela comme une transaction commerciale et que vous ne le faites pas - qu'il paie pour 8 heures et qu'il veut 8 heures, et que vous voulez juste que ce soit une question de productivité. En vérité, vous traitez cela comme une transaction tout autant que lui. Vous utilisez juste une monnaie différente. Vous payez votre patron avec un logiciel de qualité - nous vous croyons sur parole, pour les besoins de la discussion - et vous voulez une journée flexible de 6 à 7 heures. Aucun de vous n'est plus ou moins noble que l'autre dans ce scénario. Le principal problème de votre question, cependant, est que vous prenez votre travail pour acquis, et vous semblez le faire parce que vous surestimez vos propres capacités. Le travail, c'est du travail, et au bout du compte, on le fait parce que quelqu'un a besoin d'un travail et qu'on a besoin d'argent pour joindre les deux bouts. Le fait que le travail soit du travail signifie qu'il implique souvent de passer les dernières heures de la journée avec une productivité réduite. Les travailleurs de valeur sont ceux qui (comme je l'ai mentionné plus tôt) trouvent des moyens d'équilibrer la baisse de productivité avec des tâches plus faciles - bien que toujours nécessaires - qui sont mieux adaptées à une productivité réduite.

Avoir de bons développeurs est un privilège, vous avez raison. Mais là où vous avez tort, c'est de vous étiqueter comme tel sur la seule base de vos compétences et de vos résultats. Lorsque vous élevez vos désirs à un niveau d'arrogance et que vous vous considérez au-dessus de tout reproche, vous avez compensé négativement toute capacité que vous pourriez posséder.

2
2
2014-07-25 16:16:37 +0000

Après avoir lu les réponses, je n'ai pas vu le point de vue d'un manager.

Disons que j'ai 5 développeurs. Ils respectent les délais, aucun problème majeur, etc. Cependant, le temps de travail total par semaine pour le groupe est d'environ 160 heures. Dans cette situation, je licencie l'un d'entre eux.

Pourquoi ? Tout simplement parce que j'ai plus de capacité que de travail et que cette capacité excédentaire est coûteuse. Il est bien plus logique financièrement de n'avoir que les 4, même si je les paie un peu plus.

Pour info - j'ai plus de 20 ans d'expérience dans le développement, dont 15 ans dans la gestion d'autres groupes. Plus 8 autres qui possèdent une entreprise.

Le directeur a raison. Si vous n'êtes pas souvent au bureau et ne travaillez que 6 heures par jour, les autres travailleurs (surtout les non-développeurs) en ressentiront probablement du ressentiment. Surtout s'ils doivent attendre pour vous parler parce que vous faites assez souvent des "courses". Les autres travailleurs savent que vous êtes une ressource coûteuse, et certains d'entre eux auront probablement déjà un certain ressentiment. En n'étant pas au bureau pendant les heures normales de travail, vous leur frottez le visage.

Pour une entreprise, avoir des développeurs n'est pas un privilège ; je n'ai aucune idée d'où vous tenez cela. Il semble que vous ayez un travail agréable et tranquille, alors c'est à vous de décider si vous voulez tout foutre en l'air.

Je ne pense pas que l'entreprise puisse continuer s'il devait partir.

Vous devriez vous débarrasser de cette idée, car non seulement elle est mauvaise, mais elle donne un mauvais ton. Les entreprises ont certainement survécu à des départs de départements entiers. Bien sûr, cela a eu un impact sur les choses, mais il y a toujours quelqu'un qui est prêt à prendre la relève là où vous vous êtes arrêté. J'ai personnellement été impliqué dans plusieurs variantes de cette situation : J'ai vu un groupe me quitter, j'ai viré un service entier et j'ai fait partie d'un grand groupe qui s'est retiré parce que certaines demandes stupides n'ont pas été satisfaites. Dans tous les cas, l'entreprise a survécu et s'en est mieux sortie.

Comment puis-je faire savoir à ce manager qu'il n'est pas en mesure d'avoir des attentes à notre égard, au-delà du fait que nous produisons des logiciels de qualité selon le calendrier prévu ?

Si, en tant que manager, je pensais que vous ressentiez cela, je vous montrerais la porte immédiatement. Cette attitude est toxique et témoigne d'un mépris total pour l'autorité et vos collègues. Vous êtes déjà dans une position très confortable, bien payée par rapport aux autres et ayant un travail apparemment facile. Au minimum, il devrait s'attendre à ce que vous agissiez comme si vous vouliez y travailler.

2
1
2014-01-19 12:22:50 +0000

Plus précisément au point de former votre responsable : Je ne suis pas chrétien et vous n'avez pas besoin de l'être non plus pour retirer quelque chose de la parabole des ouvriers de la vigne. À moins que votre lieu de travail ne reconnaisse un syndicat ou un autre cadre de négociation collective, il a un accord indépendant avec chaque employé. On peut faire en sorte que les employés s'en rendent compte sans susciter de ressentiment, et c'est une chose normale à laquelle leur responsable doit faire face. Si l'employeur est récemment devenu totalement inflexible sur le plan politique, vous avez un véritable problème : il ne veut plus d'employés qui travaillent comme vous. Dans ce cas, votre tentative d'éduquer votre supérieur peut avoir pour conséquence que votre supérieur vous éduque, ce qui est également bien. Cela peut aller au-delà de votre nouveau manager, au point que le problème est insoluble.

Plus précisément au point de récupérer vos heures : un certain nombre de situations pourraient s'appliquer en fonction de votre BATNA (meilleure alternative à un accord négocié). Si vous voulez récupérer vos heures, il est probablement important que vous et votre nouveau manager soyez francs avec les autres employés et que vous ne vous éclipsiez pas en douce. L'éclipsage n'est pas toléré : vous avez la permission de partir pour une raison qui ne les regarde peut-être pas ou qui peut être partagée. Vous pouvez également proposer d'être aussi discret que possible si vous le faites alors que certains de vos collègues sont très occupés. Promettez que vous n'annoncerez pas bruyamment à 16 heures que vous avez mis en œuvre l'histoire d'aujourd'hui, vérifié dans le code, et que vous les verrez au bar chaque fois que leur cerveau inférieur les fera travailler pour la journée ;-)

Quoi qu'il en soit, situations possibles :

  • Vous avez le droit de poursuivre vos pratiques existantes, et votre nouveau directeur demande en fait du travail supplémentaire sans rémunération. BATNA : vous refusez la demande.

Alors votre manager vous demande une faveur assez importante (une heure ou plus par jour, c'est beaucoup même si vous ne le faites que lorsque vous êtes à l'heure). Vous devez le lui faire savoir et vous assurer qu'il comprend qu'il n'y a rien pour vous à l'heure actuelle. Vous pouvez, le cas échéant, lui passer au-dessus de la tête s'il ne reconnaît pas vos droits, mais la manière amicale de l'aborder est de le persuader, sans le menacer, de ne pas vous obliger à le faire. Vous devez travailler dur maintenant pour ne pas mettre en place une confrontation qui signifie qu'un refus ultérieur humiliera le nouveau manager. Assurez-vous donc d'explorer et d'accepter la situation réelle avant que quelqu'un ne dise quelque chose qu'il ne peut pas soutenir.

  • Vous n'avez pas de statut juridique, mais si vous devez rester à votre place 8 heures par jour, vous préférez le faire pour un autre employeur qui paie 30% de plus. BATNA : vous partez.

Ensuite, vous négociez les services que vous allez fournir à votre employeur et à quel taux. C'est parfois incroyablement facile et parfois incroyablement difficile, tout dépend de la rapidité avec laquelle l'un de vous est prêt à se coucher ou à appeler (ce qu'il espère être) le bluff de l'autre. Expliquez que le travail flexible est extrêmement précieux pour vous, que vous l'avez apprécié jusqu'à présent, que vous ne croyez pas que vous prenez votre employeur au dépourvu. Peut-être pourriez-vous fixer des conditions formelles quant à votre accord et, au nom de l'équité, ces mêmes conditions pourraient être étendues à d'autres employés, le cas échéant. Si vous voulez signaler que vous ne bluffez pas, une offre en main d'un autre employeur est un signal aussi fort que vous pouvez ou devriez en avoir besoin. D'après ce que vous dites dans la question, il serait facile de l'obtenir. Oui, c'est une menace, mais une fois que vous avez ouvert une négociation formelle dans des conditions honnêtes, une menace n'est pas inamicale, c'est juste du business.

C'est peu probable, mais supposez que vous soyez actuellement presque toujours dans les temps et que vous travailliez donc 5 jours à 6,5 heures par jour (32,5 heures par semaine). Cela ne convient pas à votre employeur pour des raisons d'uniformité des horaires de travail entre les employés. En supposant que vous soyez mentalement capable de travailler plus longtemps, vous pourriez peut-être convenir tous les deux de travailler 8 heures par jour 4 jours par semaine, sans changement de salaire ou avec un changement symbolique. Vos collègues peuvent être laissés libres de supposer que vous êtes rémunéré à 80 % au prorata s'ils choisissent de ne pas être trop envieux : même si les barèmes de rémunération sont publics, je suppose que votre salaire est confidentiel. Faites vos courses pendant votre jour de congé plutôt que pendant votre journée de travail. Convenez que lorsque les délais sont serrés, vous travaillerez une semaine de 5 jours pour TOIL.

  • Vous n'avez pas de statut légal et vous préférez cet employeur pour des raisons autres que les horaires de travail flexibles. BATNA : vous acceptez la demande.

Vous demandez alors une faveur assez importante à votre supérieur, et il n'y a actuellement rien qui lui soit favorable, pour autant qu'il le sache. Vous devez aborder la question en démontrant clairement que votre horaire flexible est dans l'intérêt de votre employeur. Votre ancien supérieur hiérarchique peut être utile, si le nouveau le respecte, car il peut expliquer pourquoi il tolérait ce que vous faisiez auparavant (c'est-à-dire pourquoi il est utile del'entreprise pour vous permettre de le faire, en termes de vous rendre plus heureux et plus productif). Si vous n'arrivez pas à faire valoir vos arguments et que vous finissez par travailler les heures et terminer vos projets plus tôt que prévu, au lieu de partir plus tôt et de terminer vos projets à temps, alors peut-être que votre nouveau directeur doit en savoir un peu plus sur la gestion des développeurs après tout. Parfois, on se laisse gérer ; préparez-vous mentalement à ne pas garder de rancune.

1
1
2014-01-20 00:34:10 +0000

J'étais exactement dans la même position il y a environ dix ans. C'est très difficile à négocier - il y a très peu de cadres de ce type, surtout s'ils sont nouveaux dans le métier, qui apprécieront les recommandations "amicales" de leurs subordonnés sur la façon de gérer les choses alors qu'ils viennent d'arriver et qu'ils ont l'intention de "faire les choses à leur façon". Si vous ne faites pas attention, vous risquez de vous retrouver sans emploi.

Dans mon cas, il y avait quelqu'un "plus haut placé dans la chaîne alimentaire" qui comprenait quelque chose à la gestion des développeurs, et je me suis adressé directement à eux. Ils m'ont dit que je pouvais sans risque ignorer le nouveau directeur. Si vous avez cette possibilité, essayez-le.

Still, soyez très prudent - assurez-vous de bien connaître le territoire.

Sinon, OMI, si vous ne voulez pas chercher un nouveau travail, votre meilleure chance est de jouer le jeu du nouveau pendant un certain temps - faites du lèche-cul et soyez bon : dans six mois ou un an, si vous faites du bon travail, vous aurez établi votre crédibilité auprès du nouveau. Ensuite, les choses vont se détendre et vous pourrez progressivement revenir à votre ancien mode de travail.

1
-1
2014-01-19 06:17:11 +0000

La chose la plus amicale que l'on puisse dire est la chose la plus directe, la plus honnête, la moins délicate. "Eh bien Bob, la seule raison pour laquelle je suis encore ici est que j'aime le fait que je n'ai pas vraiment à travailler toute une semaine. Cela vaut la réduction de salaire de 30 à 40 % pour moi"

Maintenant, imaginez que vous êtes vous-même le nouveau manager de quelqu'un et que vous entendez cela pour la première fois. Parce que c'est vraiment ce que vous dites ici. Vous n'aimez pas ça, mais vous le supportez parce que c'est normal de ne pas prendre votre travail au sérieux.

A quel point, en tant que manager, voulez-vous vraiment garder ce type ?

Je suis passé par là, mais ce n'est vraiment pas quelque chose à prendre au pouvoir. Ce que tu veux vraiment, c'est changer. Soit un nouveau poste, soit des améliorations au poste actuel. Vous aurez un manager plus réceptif si vous prenez le travail au sérieux lorsqu'il vous le demande et vous serez dans une position plus détendue pour essayer de négocier une fois que vous aurez fait quelques tâtonnements et que vous aurez acquis la certitude que vous pourrez en fait trouver un nouveau travail relativement rapidement.

Mais vraiment, pourquoi, si vous êtes assez bon pour trouver un nouveau travail si facilement, supportez-vous cette situation, quelle qu'elle soit ? Personnellement, je préfère de loin avoir une journée de 8 heures de médiocrité dans la programmation qu'une journée de 6-7 heures de frustration. Il semble qu'il soit temps pour plus de développeurs que vous de trouver un nouveau lieu de travail. Cela ne fait pas de mal d'essayer de changer les choses avant d'y aller. Au moins, cela pourrait aider les développeurs qu'ils doivent engager pour vous remplacer.

Le problème n'est pas qu'il ne sait pas ce qu'il faut faire pour vous garder. C'est que vous êtes toujours là et qu'il ne comprendra pas mieux que moi pourquoi, au-delà de l'inertie générale de la carrière où trouver un nouveau travail est suffisamment pénible pour que vous préfériez supporter le travail minable que vous avez.

-1

Questions connexes