Lieu de travail
2017-03-13 22:19:54 +0000 2017-03-13 22:19:54 +0000
344

Le nouvel employé de mon patron, un de ses amis, me fait des avances

Je suis une femme qui travaille dans une équipe d'hommes depuis plusieurs années maintenant. Jusqu'à récemment, j'ai été très bien traitée et avec respect. J'aime mon travail et je m'entends bien avec mon patron et mes collègues.

Il y a quelques semaines, mon patron a engagé un de ses amis pour rejoindre notre équipe. Il est, il est vrai, très bon dans son travail et mon patron l'estime beaucoup.

Au début, nous nous entendions bien, mais après qu'il ait découvert que j'étais célibataire, il a commencé à me faire des avances non désirées. Au début, il ne faisait que parler. Il posait des questions sur moi personnellement. Au début, je pensais juste qu'il était amical, mais je me suis sentie mal à l'aise quand il a commencé à s'installer dans mon espace personnel. Je pensais que c'était juste dans ma tête jusqu'à ce qu'il commence à toucher mon bras et mon épaule. Je me suis poliment écarté du chemin.

J'ai eu le courage d'en parler à mon patron. Nous avons une bonne relation et j'ai pensé que puisqu'ils se connaissaient, cela pourrait nous aider. Mon patron a balayé l'idée et m'a dit qu'il n'était qu'un dragueur et que je n'avais pas à m'inquiéter. Il semblait complètement indifférent à mon malaise.

Donc maintenant, la situation s'est aggravée au point qu'il me fait de sérieuses avances. J'ai refusé à plusieurs reprises ses invitations à prendre un café/déjeuner/dîner et je l'évite maintenant activement autant que possible. Il est devenu de plus en plus arrogant et audacieux dans ses déclarations. Mes collègues le savent, mais ils ne savent pas à quel point il est devenu mauvais. Pour autant que je sache, ils pensent qu'il n'est qu'un dragueur.

Je n'ai pas beaucoup d'expérience dans la gestion de ce genre d'hommes. J'ai une personnalité tranquille et j'évite généralement la confrontation. Je me rends compte que d'autres femmes l'auraient probablement déjà giflé ou quelque chose comme ça. Mais c'est quelque chose que je ne ferais pas.

Je suis maintenant perdue. J'envisage sérieusement de chercher un autre emploi. En dehors de cela, j'aime mon travail et je le trouve gratifiant. Je ne veux pas le quitter. Je ne veux pas non plus abandonner à cause de lui.

Comment puis-je l'obliger à arrêter ? Ou convaincre mon patron que c'est sérieux ?


Plus de détails :

L'entreprise est une petite start-up en Californie. Mon patron est le PDG.

Par exemple, j'avais l'habitude d'arriver tôt au travail et j'ai souvent été l'un des premiers à y aller. Il m'a enfermé dans la cuisine et m'a dit que je méritais d'être "puni" pour un bug trouvé dans mon code la veille. Il a ensuite affirmé que j'aimais "recevoir une fessée". J'étais sans voix, aucun homme ne m'avait parlé comme ça auparavant, avec une telle présomption.


Je pensais que je déclinais clairement ses invitations, mais ces commentaires me font me demander si j'ai été assez clair. J'ai d'abord dit "Non, merci", et plus tard "Je ne suis pas intéressé" quand il a persisté. Il semble ne pas être du tout affecté par mon refus et affirme que "je le veux et je ne le sais pas encore". Ce matin, il m'a touché le visage et j'ai poussé sa main pour lui dire "ne me touchez pas". Il semblait surpris mais cela ne semblait pas le déranger outre mesure. J'essaie de m'affirmer davantage et de lui faire comprendre que je ne suis pas intéressée. Je suis, franchement, terrifiée par cet homme.

Lorsque j'ai parlé à mon patron la première fois, les choses n'allaient pas si mal que ça mais maintenant je vais présenter un cas sérieux et être plus détaillée dans mes exemples de son comportement (comme suggéré). J'en suis au point où je ne me soucie plus de ce qui se passe avec le travail, je veux juste en finir. Cela me stresse et me rend difficile de me rendre au travail tous les jours.

Merci pour les réponses, elles ont été très utiles. J'ai donc parlé à mon patron cet après-midi et je lui ai donné une liste de ce qui s'est passé et quand, et je pense qu'il a été assez choqué. Il a dit qu'il allait enquêter. Je pense aussi qu'il a vu que j'étais bouleversée par toute cette affaire parce qu'il a aussi dit que je pouvais travailler à la maison le reste de la semaine.

C'est déjà un soulagement qu'il le sache et qu'il ait pris la chose au sérieux.


Tout s'est arrangé à la fin. J'ai toujours mon travail, mon collègue n'a plus le sien. Il s'est avéré que ce n'était pas la première fois que cela se produisait ; il a déjà eu l'habitude de se comporter de cette façon dans des entreprises précédentes. Mon patron était au courant de son passé et l'a engagé pour lui rendre service parce qu'il avait des difficultés à trouver un emploi ailleurs.

Je ne suis toujours pas très sûr de tout cela. Le fait que mon patron connaissait son histoire et ait laissé faire cela me gêne beaucoup. Je cherche un nouvel emploi maintenant, même si cela a joué en ma faveur. Je ne respecte plus mon patron et son caractère.

Merci beaucoup à tous pour leurs conseils et leurs encouragements ! Je suis certainement beaucoup plus heureux maintenant et soulagé que tout cela soit terminé.

Réponses [22]

308
2017-03-13 23:39:04 +0000

Il compte sur vous pour éviter la confrontation. Et vous pensez que dire quelque chose avec plus de force rendra les choses inconfortables et impoli. Mais voilà : il est déjà grossier, et les choses sont déjà inconfortables, du moins pour vous.

Donc, en plus d'écrire les choses après qu'elles se soient produites à chaque fois, commencez à parler quand même. Quand il vous touche, dites "S'il vous plaît, ne me touchez pas". Soyez plus fort à chaque fois. Cela deviendra plus facile à mesure que vous le ferez, et faire respecter les limites est une compétence utile.

Quand il vous demande de sortir avec lui, dites "Je ne suis pas intéressé à sortir avec vous. S'il vous plaît, arrêtez de demander". S'il vous redemande, dites "J'ai dit que je n'étais pas intéressé, pourquoi continuez-vous à demander ?" "J'ai besoin que tu arrêtes de me demander de sortir avec toi, tu peux faire ça ?" Et vous pouvez aussi devenir plus bruyant.

Finalement, cela deviendra plus gênant pour lui que pour vous, et il arrêtera. Sinon, le patron commencera à voir et à entendre le problème. Et lorsque le patron s'en apercevra enfin, vous aurez votre journal de bord, s'il est intéressé.

Si vous avez un RH, cela vaut la peine d'aller le voir et de lui expliquer que vous lui avez dit d'arrêter, et qu'il ne le fera pas.

Comme le dit BradC dans les commentaires "pour être absolument clair, il n'y a aucune chance qu'il ne sache pas exactement ce qu'il fait. La raison d'être clair et fort, comme le recommande cette réponse, n'est pas de "s'assurer qu'il comprend", la raison est de supprimer son démenti plausible, et de s'assurer que tous les autres membres du bureau voient également ce qui se passe". Oui, commencez à le mettre plus mal à l'aise, commencez à rendre vraiment visible aux autres ce qu'il fait. Il sait déjà ce qu'il fait, et il continuera tant que vous serez le seul à être mal à l'aise.

Modifier, en fonction des mises à jour de la question S'il vous touche et ne recule pas, alors vous devez aller voir les RH et votre patron maintenant. (Ce que vous avez.) N'arrivez pas trop tôt, car il pourrait être le seul à être là. Ne travaillez pas tard. Assurez-vous, dans la mesure du possible, qu'il n'ait jamais l'occasion d'être seul avec vous. Le travail à domicile est un bon début. (Si la situation ne s'était pas aggravée autant qu'elle l'a fait, je vous suggérerais de rendre vos documents beaucoup plus évidents lorsqu'il est là : sortez votre téléphone, et dites-lui que vous allez prendre une vidéo de votre zone immédiate, et que s'il s'y installe, il sera dans la vidéo. Mais ne restez jamais seul dans le bâtiment avec lui, même avec le téléphone avec caméra - cela ne suffit pas à vous protéger, et cela pourrait aggraver la situation. Vous ne voulez pas de preuves après que quelque chose se soit passé, vous voulez que rien ne se passe).

S'il n'est pas complètement professionnel quand vous retournez dans l'immeuble, vous devriez envisager de trouver un nouveau travail et d'obtenir une ordonnance de restriction, et demander à travailler à domicile jusqu'à ce que cela se produise. (Vous pourriez mentionner à votre patron que vous envisagez une ordonnance de restriction, et lui demander s'il aimerait gérer la situation différemment que si vous travailliez à domicile).

308
143
2017-03-13 22:41:22 +0000

Premièrement, écrivez chaque cas d'attention indésirable dans un journal et datez-le. Si les choses tournent vraiment mal, vous voulez un registre pour pouvoir engager des poursuites.

Impliquez les RH Dites-leur que vous recevez une attention non désirée de la part d'un collègue et que vous avez fait preuve de diligence raisonnable en lui faisant savoir qu'elle est non désirée et que vous souhaitez l'aide des RH dans cette affaire. Assurez-vous de lui faire savoir que vous êtes parfaitement satisfait que l'affaire s'arrête (techniquement, ils travaillent pour l'entreprise et commenceront à couvrir leurs traces en cas de litige - mais ils sont légalement tenus de fournir un lieu de travail à l'abri du harcèlement et devraient donc, en théorie, être utiles)

Si vous n'impliquez pas les RH, vous pourriez faire connaître votre journal à la personne en question en disant haut et fort ce que vous écrivez au moment où vous le rédigez. "Lundi 3, me touche malgré le fait qu'on m'ait dit de ne pas tenir mercredi dernier. M'inviter à dîner, encore une fois, après qu'on m'ait dit de ne pas demander" - c'est dangereux mais le harcèlement fonctionne étonnamment souvent. Soit vous avez choisi l'une de ces voies :

Et, demandez l'aide d'un avocat, en fonction de votre situation financière bien sûr. IANAL, vous obtenez donc tout simplement ce que j'aurais fait si j'étais une femme et à votre place.

143
104
2017-03-14 00:19:03 +0000

Je pense que vous finirez probablement par quitter cet emploi. Mais essayez peut-être de faire quelques dernières tentatives :

  • donnez à cette personne un NON clair et net à chaque fois. "S'il vous plaît, ne me touchez pas." "Non, et s'il vous plaît ne demandez plus, ce n'est pas flatteur." "Je n'aime pas la tournure que prend cette conversation." Oui, c'est impoli de s'exprimer directement, sans s'il vous plaît ou sans remerciement, sans si vous ne vous en souciez pas, sans sauver la face, je suis sûr que vous n'avez pas voulu me mettre mal à l'aise. Prendre des notes et dire ce que vous écrivez au fur et à mesure que vous l'écrivez est également une option dans cette catégorie.
  • donnez à votre patron une chance de communiquer avec son ami. Si la phrase "juste un flirt" apparaît, dites "il n'y a pas de "juste" pour moi. Cela me met mal à l'aise. J'ai du mal à travailler ici à cause de ça". Faites bien comprendre qu'il ne s'agit pas d'une conversation "je voulais vous faire savoir" mais d'une conversation "je veux que vous arrêtiez ça".
  • S'il y a un RH, parlez-lui. Votre situation est claire comme de l'eau de roche, donc je pense qu'il n'y a pas de RH ou qu'elle aurait déjà été traitée.
  • si vous vivez dans un pays qui a des lois contre ce comportement, et une ligne que vous pouvez appeler pour obtenir des conseils et pour lancer une sorte de réclamation "droits de l'homme", commencez. Si vous le souhaitez, dites à votre patron que vous l'avez fait.

Il ne devrait pas être de votre ressort de faire remarquer qu'il n'est pas cool de flirter avec quelqu'un qui vient d'arriver au travail. Il ne devrait pas être de votre ressort d'établir et de faire respecter la frontière entre "gentil" et "essayer de sortir avec moi". Ce n'est pas à vous d'éduquer votre harceleur, votre patron et tous vos collègues sur ce que cela fait ressentir aux gens. Ni de leur rappeler que les femmes sont de véritables êtres humains. Et pourtant, vous êtes là. Si vous n'avez pas envie d'assumer tout cela, vous n'êtes pas obligée de le faire - mais vous ne pourrez probablement pas y travailler sans être harcelée si vous ne le faites pas, et vous ne pourrez peut-être pas y travailler sans être harcelée en aucune circonstance. Prenez autant de contrôle que possible.

104
73
2017-03-14 14:48:47 +0000

Je lisais donc cette question, en hochant la tête. Je me suis dit "ça a l'air assez ennuyeux, mais pas trop grave".

Puis vous avez donné l'exemple précis à la fin et j'ai été franchement choqué. Ce n'était pas un peu de flirt ou d'attention. C'était du pur harcèlement sexuel, il était très loin de la limite !

Mais aucune de vos descriptions jusqu'alors ne le montrait vraiment. Si vous êtes allé voir votre patron et n'avez dit que ce que vous avez dit dans la première moitié du poste, je peux comprendre qu'il ne prenne pas cela trop au sérieux.

Allez voir le patron avec cet exemple précis écrit avec la date, l'heure et ce qu'il a dit. Rassemblez quelques exemples supplémentaires si possible. Dites "voilà ce qui se passe". En compagnie d'autres personnes, il est persistant et ennuyeux. Chaque fois qu'il a l'occasion de m'attraper seul, je suis harcelé sexuellement". Remettez la liste à votre patron (prenez d'abord une copie pour vos dossiers) et dites-lui à quoi vous avez affaire.

Malheureusement, vous devrez prendre position ici, même si vous préférez ne pas le faire. Il est à espérer que la liste parle d'elle-même et que vous n'ayez pas à le faire.

Alors, soyez clair. Vous ne pouvez plus tolérer cette situation. Soit ce comportement cesse maintenant, soit vous devrez envisager vos options. Si vous ne vous sentez pas à l'aise d'avoir d'autres contacts avec cette personne, faites-en la demande expresse.

Espérons que le PDG en prendra bonne note. Si ce n'est pas le cas, vous avez les preuves nécessaires pour faire appel à un avocat. Dans un monde juste, vous ne devriez pas avoir à quitter un emploi que vous aimez parce qu'un idiot vous le gâche, mais vous pourriez en arriver là. Tout ce que je peux vous suggérer, c'est de déposer d'abord une plainte écrite, puis d'évaluer vos options à partir de là.

73
42
2017-03-14 11:40:36 +0000

Je veux juste ajouter quelque chose aux réponses utiles ici : puisque vous êtes du type calme et que vous n'aimez pas la confrontation, je vous suggère de vous entraîner à lui dire (et non à lui crier) de s'arrêter chez lui, de préférence devant un miroir. Cela vous permettra de le faire moins difficilement avec lui, en situation réelle.

42
29
2017-03-15 20:40:56 +0000

Il s'agit d'un cas évident de harcèlement sexuel , qui est illégal.

Si votre entreprise compte au moins 15 salariés, c'est à votre employeur qu'il incombe de veiller à ce que votre lieu de travail soit sûr, et notamment à ce qu'il n'y ait pas de harcèlement sexuel. Voir le document de San Francisco "Sexual Harassment : Frequently Asked Questions" . Si votre employeur refuse de s'attaquer à ce comportement, vous disposez d'un argument juridique très solide.

Le point et l'objectif du titre VII de la loi sur les droits civils de 1964 est d'éliminer la nécessité de choisir entre votre dignité et votre travail. En vertu de cette loi, votre employeur est tenu de s'attaquer au harcèlement sexuel... ce n'est pas à vous de l'arrêter. Si votre employeur refuse de le faire, il enfreint la loi, qui vise à vous protéger contre cette situation. Vous avez des droits légaux. Votre seule responsabilité est d'exercer ces droits.

Si votre entreprise compte moins de 15 employés et que votre employeur refuse de s'attaquer au harcèlement, vous devez quand même consulter un avocat. Ce type de comportement peut toujours être considéré comme une agression et vous pouvez toujours bénéficier de protections juridiques, mais un avocat serait mieux à même de prendre cette décision.

Vous ne devez pas être la proie d'un reproche de la part de la victime. L'autre personne est ici l'agresseur et vous ne devez pas être obligé de changer votre comportement ou vos habitudes pour vous adapter à son comportement dégoûtant.


Puisque vous avez mis à jour votre réponse pour indiquer que votre patron a effectivement pris des mesures initiales, gardez à l'esprit que l'objectif final est ici de faire cesser le harcèlement.

Les choses peuvent devenir un peu moches, car il est peu probable que l'agresseur avoue les accusations et l'amitié entre lui et votre patron pourrait rendre les choses plus compliquées. Si vous faites des va-et-vient, n'oubliez pas de rester concentré sur ce que vous demandez : que vous voulez que le harcèlement cesse.

Vos objectifs ne doivent pas inclure une quelconque discipline pour l'agresseur, y compris le renvoi ou la réaffectation. Le fait de demander ou d'attendre ces choses pourrait brouiller les pistes et remettre en question vos motivations (malheureusement). Légalement, votre patron est seulement tenu de veiller à ce que le harcèlement cesse. De même, vous ne devriez pas être obligé d'accepter une réaffectation ou une indemnité de licenciement. L'objectif est de faire cesser le harcèlement.

29
22
2017-03-14 19:40:07 +0000

Vous dites : "Il m'a enfermé dans la cuisine et a dit que je méritais d'être "puni" pour un bug trouvé dans mon code la veille. Il a ensuite déclaré que j'aimais "recevoir une fessée". "

Ce n'est pas seulement du harcèlement, c'est une agression. D'après ce que vous dites, vous deviez avoir une crainte raisonnable de la force physique contre vous. Et c'est une agression, même si la force physique n'a pas eu lieu. C'est criminel. Les gens peuvent aller en prison pour ça.

Mon conseil au patron : Si c'est une personne que vous appelez un ami, alors vous devez vraiment être plus prudent dans vos relations. Cet homme n'est l'ami de personne, c'est un animal.

Écrivez ce qui s'est passé et ce que vous craigniez raisonnablement qu'il arrive. Apportez ceci à votre patron. Dites-lui qu'il n'y a pas de "flirt", mais que vous avez été agressée. Si votre patron ne pense pas qu'il s'agit d'une agression, dites-lui que la police pensera le contraire. S'il ne veut rien faire, dites-lui qu'en tant que votre patron, il est personnellement responsable de la sécurité sur le lieu de travail. D'autre part, s'il est convaincu qu'il ne s'agit que d'un flirt inoffensif, il ne verra pas d'inconvénient à ce que vous racontiez à chaque collègue masculin comment cet homme s'est comporté. [...] Après votre dernière mise à jour : Avec ce que je sais maintenant, votre patron a agi de manière vraiment irresponsable. [...] Dans cette situation, si le patron décide d'aider son ami et de l'engager, alors il est absolument essentiel qu'il lui dise qu'un tel comportement sera totalement inacceptable dans son entreprise, et il est essentiel qu'il agisse de la manière la plus énergique possible s'il y a des plaintes à son sujet.

Lorsque vous vous êtes plaint la première fois, le patron aurait dû parler à son ami et lui faire comprendre que c'est sa dernière chance. Il aurait dû vous dire que ce comportement ne se reproduirait plus jamais. Ou tout au plus une fois, et que vous deviez le dire immédiatement au patron si quelque chose se reproduisait.

Ce qu'il a fait à la place, en vous disant que c'était "juste un flirt", était absolument et inexcusable. Ce qu'il a fait aurait été mauvais et incorrect s'il ne vous avait pas cru, mais il savait ou aurait dû savoir que vous disiez la vérité.

22
19
2017-03-14 01:09:16 +0000

Mon patron s'est contenté de balayer le sujet et de dire qu'il n'était qu'un dragueur et que je n'avais pas à m'inquiéter. Il semblait complètement indifférent à mon malaise.

Trouver un nouveau travail. Votre patron ne fera jamais rien à ce sujet. Non seulement il ne fera rien contre le harcèlement, mais personnellement, je ne lui ferai plus jamais confiance à cause de cela. La vie est trop courte pour travailler pour quelqu'un qui ne se soucie pas le moins du monde de votre bien-être.

Même si vous pouvez éventuellement forcer votre patron à faire son travail (et c'est littéralement son travail d'empêcher les gens de ruiner la productivité de son équipe, ce que fait votre harceleur) en le harcelant jusqu'à ce qu'il le fasse, voulez-vous vraiment travailler pour quelqu'un qui ne se souciera que de vos intérêts (et de votre productivité ! ) si vous faites en sorte qu'il soit plus difficile de vous ignorer que de vous protéger ?

Imaginez qu'au lieu d'un harceleur, votre bureau ait une bouilloire électrique cassée qui produit des étincelles chaque fois que quelqu'un l'allume. Si vous signaliez cela à votre patron et qu'il ne faisait rien, vous partiriez, n'est-ce pas ? Même pas nécessairement à cause de la bouilloire, mais parce que votre patron ne ferait pas la moindre chose pour vous protéger.

Je ne veux pas non plus abandonner à cause de lui.

Ne considérez pas que vous abandonnez parce qu'une liane vous harcèle, considérez que vous refusez de rester dans une entreprise qui ne se soucie pas le moins du monde que quelqu'un vous harcèle.

Il y a une chose que les autres réponses semblent manquer et qui me frustre : en fait, poursuivre l'entreprise pour ne rien faire contre votre harceleur a des conséquences. En tant que développeur moi-même, j'espère que vous poursuivrez et gagnerez et que le juge en fera un exemple, mais je serais un vrai connard si je ne reconnaissais pas le fait que a) aller au tribunal est nul - c'est un processus coûteux et épuisant qui peut ne pas donner de bons résultats - et b) c'est sauvagement contraire à l'éthique et c'est un énorme signal d'alarme, mais certains employeurs considéreront un employé qui a poursuivi son employeur comme un fauteur de troubles et ne l'engageront pas.

Consultez absolument un avocat, mais vous ne devez en aucun cas vous sentir obligé d'intenter un procès. Si vous décidez de parler à un avocat, n'oubliez pas de lui demander quels sont les inconvénients potentiels d'une action en justice.

J'ai pensé à une meilleure façon d'expliquer où je veux en venir : un avocat n'est pas une baguette magique. Vous ne pouvez pas en agiter un et vous attendre à ce que tous vos problèmes disparaissent.

19
11
2017-03-14 04:41:44 +0000

**Avec votre montage, cela ne ressemble plus à un comportement "ennuyeux persistant" mais plutôt à un comportement extrêmement menaçant et dangereux. Si j'étais vous, je craindrais pour ma sécurité.

Dans l'état où je vis, obtenir la permission de porter une arme sur la propriété de l'entreprise est pratiquement impossible, mais si c'est une option réelle pour vous, je l'envisagerais certainement.

J'appellerais la police (pas d'urgence), et demanderais une ordonnance de restriction. J'appellerais ensuite un avocat spécialisé dans les questions de harcèlement au travail ou de droits des femmes et je demanderais à en parler avec eux dès que possible parce que je suis inquiète pour ma sécurité. S'ils ne pouvaient pas me donner rapidement des conseils préliminaires, je trouverais quelqu'un d'autre.

Mon plan par défaut serait de contacter mon PDG, de lui expliquer ce qui s'est passé, en particulier l'épisode de la "fessée" et le discours effrayant du "vous me voulez, mais vous ne le savez pas encore". Je refuserais alors d'aller travailler tant que la situation de harcèlement sexuel n'aura pas été réglée. Je leur expliquerais que j'ai peur pour ma sécurité et que tant que l'entreprise ne pourra pas fournir un lieu de travail exempt de harcèlement sexuel, je ne viendrai pas travailler. Si j'avais des amis au travail, je leur dirais (par téléphone ou par e-mail, évidemment, puisque vous n'allez pas travailler) ce qui se passe et leur demanderais, le cas échéant, s'ils seraient prêts à couvrir une partie de mon travail jusqu'à ce que l'entreprise décide de ce qu'elle va faire au sujet du harcèlement sexuel. Quelque chose comme :

"Salut, Tom, alors John (le harceleur effrayant) est devenu assez sérieux avec ses menaces et je ne me sens pas vraiment en sécurité en venant travailler en ce moment. J'espère que le Boss va s'en occuper bientôt, mais je n'ai pas vraiment l'impression qu'il m'écoute. En tout cas, je vais être absent du bureau pour quelques jours au moins, pensez-vous pouvoir vous occuper (d'une des choses que vous alliez faire et que John est également qualifié pour faire) pour moi ? C'est pas grave si vous ne pouvez pas, je suis juste censé le faire pour que (projet plus important) puisse être mis en ligne d'ici le (date).

Aussi (communications supplémentaires appropriées en fonction de votre relation et de votre confiance et du désir de soutien de cette personne et ainsi de suite)

(votre signature par e-mail mettant fin à la chose ou à l'absence de chose)"

Une fois que j'aurais des nouvelles des gens, j'enverrais un e-mail à mon patron et je lui dirais "Hé, alors j'ai demandé à Tom et Dennis de couvrir (chose A) et Paul a dit qu'il serait prêt à faire (chose B) s'il a le temps. Mais je n'ai trouvé personne pour couvrir (chose C). J'espère pouvoir revenir travailler bientôt"

Si vous voulez prendre les choses en main, ce qui est fait est presque certainement une violation de plusieurs lois criminelles en Californie, peut être une violation de plusieurs autres, et peut conduire à des violations criminelles supplémentaires. Plus précisément, Stalking , Violation d'une ordonnance de restriction , Menaces criminelles , et Agression sexuelle .

Il existe également plusieurs violations civiles, telles que le harcèlement civil, qui sont pertinentes ici. Les problèmes criminels peuvent être résolus en parlant seul à la police. Les problèmes civils sont plus susceptibles de nécessiter l'intervention d'un avocat (que vous devriez de toute façon obtenir à ce stade).

Je m'assurerais également de verrouiller mes portes et mes fenêtres, et de voyager avec des amis lorsque je sors.

Pour réitérer, cela semble être une menace sérieuse et immédiate pour votre sécurité personnelle et vous devriez réagir de manière appropriée.

11
10
2017-03-14 00:19:36 +0000

Comment lui faire arrêter cela ? Ou convaincre mon patron que c'est sérieux ?

Les menaces fonctionnent parfois. Si la personne ne vous laisse pas tranquille après avoir été menacée d'aller voir le patron, alors allez voir le patron. Si le patron ne fait rien après avoir été menacé d'aller voir les RH, alors allez voir les RH. Si les RH ne font rien après avoir été menacées de poursuites judiciaires, alors faites intervenir votre avocat. Commencez par le plus simple, puis allez jusqu'au plus impliqué.

10
8
2017-03-14 08:57:46 +0000

Je vais prendre un autre ton par rapport aux autres réponses.

Vous avez une affaire très dure ici, et je pense qu'elle se terminera par votre départ de l'entreprise. Prépare-toi à cela.

Non, ce n'est pas juste. Mais vous avez déjà vu, le PDG défend le type, c'est son ami, donc vous ne pourrez probablement pas vous plaindre au PDG ou aux RH.

Vous pouvez vérifier si ce que vous avez vécu est suffisant pour intenter un procès, vous devrez consulter un avocat pour cela, mais je vous le déconseille. Poursuivre votre employeur est un moyen très facile de vous faire blackbouler dans tout votre secteur.

L'équité mise à part, d'un point de vue réaliste, il est probablement préférable pour vous de passer à un autre emploi sans faire de vagues. C'est nul que cela doive se passer ainsi, mais poursuivre et/ou déposer une plainte pour harcèlement sexuel contre votre employeur ou son ami peut complètement ruiner votre carrière même si votre plainte est juste et est jugée en votre faveur.

8
6
2017-03-15 15:29:09 +0000

Après avoir examiné certaines des autres réponses, je ne peux que recommander une chose : consulter un avocat. Il peut vous guider dans la recherche de documents et éventuellement dans l'éventualité d'une inculpation pénale. Comme l'a dit Gnasher729, l'incident de la cuisine pourrait être une agression.

Une autre possibilité est d'appeler la police et de porter plainte pour l'incident de la cuisine. Après avoir écouté votre version des faits, le policier déterminera si ses actes étaient criminels. Avec l'implication qu'il allait vous donner une fessée, je dirais qu'il y a eu un acte criminel. Il n'y a rien de tel que la menace d'une accusation pénale pour faire tomber un tyran.

Surtout, je ne répondrais pas par une gifle. S'il escalade jusqu'à vous saisir ou si vous vous sentez menacé physiquement, alors mettez-vous à genoux jusqu'à l'aine (ou un mouvement d'autodéfense similaire) pour vous protéger. Une gifle pour certains des actes que vous avez décrits pourrait vous attirer autant d'ennuis qu'elle n'aurait pu être justifiée. Pour d'autres, une gifle pourrait indiquer que vous ne vous sentez pas vraiment intimidé physiquement (même si je me sens intimidé par ce que vous décrivez).

Je ne partirais pas sans avoir d'abord parlé à un avocat. Vous voulez y travailler, et vous devriez partager la richesse si cette start-up prend son envol. Si ce tyran vous force à partir, alors il faudrait avoir une juste compensation.

6
3
2017-03-15 17:40:20 +0000

Veuillez consulter les lois sur le harcèlement sexuel de l'État de Californie.

Toute parole ou action non désirée doit être signalée à une personne d'autorité au sein de votre organisation, et suivie d'une conversation avec l'homme qui vous harcèle en lui donnant un avertissement. Si cela continue après cela, alors vous avez créé une documentation et il a été averti, il y a donc un dossier qui peut entraîner son licenciement.

Aussi, c'est une bonne idée de faire savoir à votre patron qu'il pourrait aussi être tenu responsable d'avoir permis que cela continue même si cela a été documenté et porté à une personne autorisée dans l'entreprise.

3
2
2017-03-14 21:49:59 +0000

N'insultez pas. N'explosez pas. Ne faites pas trop de bruit. Ces actions peuvent toutes être considérées comme un comportement inapproprié de votre part. Vous avez un smartphone, utilisez-le. Chaque fois que cet homme s'approche de vous, commencez à filmer. Vous n'avez même pas besoin de le filmer, mais il capturera le lieu, la voix et l'heure. D'une voix ferme, dites "Je ne m'intéresse pas à vous. Je ne veux pas que vous m'approchiez personnellement ou que vous me touchiez".

Envoyer par e-mail cette même déclaration, précédée d'une liste des actions qui vous ont mis mal à l'aise, afin d'apporter davantage de preuves que vous avez communiqué votre position, est une bonne idée. Envoyez-le avec un accusé de réception. Vous pouvez même lui envoyer une lettre recommandée à l'adresse du travail, en documentant le contenu.

Documentez tout ce qui concerne ses interactions avec vous.

Dites à votre patron que vous avez l'intention de déposer une plainte, auprès de la commission des relations de travail, pour harcèlement sexuel contre l'homme et l'entreprise, à moins que le comportement ne cesse immédiatement.

Le patron est responsable de tout comportement de ce type survenant dans son entreprise. Ainsi, si vous perdez votre emploi d'une manière ou d'une autre, vous méritez clairement le chômage et vous pouvez toujours poursuivre pour licenciement abusif. Vous n'avez aucune raison de quitter votre emploi ou de partir tranquillement. La loi américaine interdit le harcèlement sexuel sur le lieu de travail.

J'ai 55 ans et j'ai une certaine expérience des mauvais traitements sur le lieu de travail, j'espère donc que cela vous aidera.

2
2
2017-03-18 15:07:16 +0000

Andere Leute haben über Logistik (d.h. nicht allein bei der Arbeit zu sein und nach der Arbeit mit Freunden zusammen zu sein), rechtliche Implikationen (ich stimme zu, dass Sie einen Anwalt konsultieren sollten, und wenn Sie kontaktieren Sie mich mit Ihrer Gerichtsbarkeit auf meiner Website , kann ich ein paar Anwälte, die ich kenne, um eine Überweisung bitten) und die Einbeziehung der Polizei (ich stimme auch da zu).

Aber etwas fehlt in diesem Thread.

Sie machen wahrscheinlich das größte Leid durch, das Sie in Ihrem Leben erfahren haben, und Sie sollten entsprechend handeln und Maßnahmen ergreifen.

Das bedeutet, einen Therapeuten zu finden https://therapists.psychologytoday.com/rms ist eine Ressource; siehe auch http://locator.apa.org/ ) und wahrscheinlich einen Psychiater. Sie haben viele tiefe Wunden erlitten, und ein guter Therapeut mit einem guten Psychiater kann Sie bei Ihrer Heilung unterstützen.

Essen Sie richtig? Trinken Sie viel Wasser? Trainieren Sie Sport? Schlafen Sie weder zu viel noch zu wenig? Genießen Sie die Natur? Wenn Sie sich sportlich betätigen, dann sollte dies zur Sicherheit (vorerst) in der Gesellschaft von Freunden geschehen, aber die Zeiten, in denen Sie vielleicht so wehtun, dass Sie keine Lust haben, aus dem Bett aufzustehen, sind vielleicht die Zeiten, in denen Sie sich am meisten bewegen müssen.

Sie können sich besser fühlen, auch wenn es nicht über Nacht ist. Ich glaube, dass es nach einer unangemessenen Erfahrung möglich ist, zu heilen, und Ihre Gefühle, wenn Sie sich "in einer Krise" befinden (wie Psychologen sagen), müssen nicht für den Rest Ihres Lebens so sein, wie Sie sich fühlen.

Ihre Freunde können helfen!

Ich würde mich auf Ihre Freunde stützen, so gut Sie können, aber ich möchte noch eine Anmerkung hinzufügen, besonders bei Jungs: Eine Freundin erwähnte sexuellen Missbrauch und sagte, dass sie es manchmal bedauere, es Jungs zu erzählen, nicht weil es zu viel zu erzählen sei, sondern weil sie manchmal Angst haben, sie zu berühren, nachdem sie das gehört haben. Unterschiedliche Menschen machen zu unterschiedlichen Zeiten unterschiedliche Erfahrungen; vielleicht möchten Sie sich an einer spezifisch weiblichen (wörtlichen) Schulter ausweinen, oder es ist Ihnen sexuell unangenehm, mit einer Freundin auf der anderen Seite des Raumes zu sprechen, nicht wegen irgendetwas über die Freundin, sondern weil Sie sich mit Ihren Erfahrungen einfach die ganze Zeit sexuell unwohl fühlen, egal wie sie Sie unterstützen; einer (versuchten) Vergewaltigungsüberlebenden, die ich kannte, wurde durch viele Umarmungen von Menschen, denen sie vertraute, sowohl männlich als auch weiblich, enorm geholfen. Bei all diesen Dingen _vertrauen Sie Ihrem Bauchgefühl...

Sie wissen höchstwahrscheinlich, was Sie in Bezug auf körperliche Zuneigung von Freundinnen und Freunden wollen und brauchen, und Sie sind es sich selbst schuldig, Ihre Freundinnen und Freunde explizit zu fragen, ob das "Ich würde jetzt lieber nicht einmal die Hand schütteln" oder "Ich brauche wirklich eine Umarmung" oder beides "Ich würde jetzt lieber nicht die Hand schütteln" für eine Freundin und "Ich brauche wirklich eine Umarmung" für eine andere Freundin oder zu einem anderen Zeitpunkt ist. Oder besuchen Sie einen Freund mit einer süßen Katze und bitten Sie ihn, sich nicht berühren zu lassen, sondern an der Schulter der Katze zu weinen. Manche Haustiere können das gut (humane Tierheime heißen normalerweise Menschen willkommen, die ein wenig Zeit mit süßen Haustieren verbringen, auch wenn sie wissen, dass Sie nicht adoptieren wollen). Fragen Sie ausdrücklich nach dem, was Sie wollen und brauchen.

Gehen Sie in sich: Seien Sie nicht allein mit Ihren Schmerzen._

Dieser Rat mag für Sie funktionieren oder auch nicht, aber versuchen Sie, körperlich nicht allein zu sein, wenn Sie nicht in Ihrem abgeschlossenen Haus sind, und versuchen Sie, geistig nicht allein mit Ihren Schmerzen zu sein. Wenn ich als Autor meine eigene Ware verhökern darf: The Sign of the Gral Kindle ) bookshelf ) ist eines von mehreren Werken, die Kommentare wie "Rivited" erhalten haben. [Rechtschreibung Original.] Oder haben Sie Lieblingsfilme? Einen Lieblings-Youtube-Kanal? Erforschen Sie gerne Wikipedia?

Sie haben vermutlich viele wunderbare Dinge erlebt, die in Ihrem Leben passiert sind. Es mag furchtbar schwer sein, sich an angenehme Erinnerungen zu erinnern, wenn Sie sich unglücklich fühlen (ein grausamer Trick der Erinnerung), aber es sind gute Dinge geschehen, positive Menschen, mit denen Sie umgehen können, Überraschungsgeschenke und Menschen, die Ihnen gute Erinnerungen geschenkt haben. Ich möchte Sie ermutigen, die guten Dinge, die in Ihrem Leben passiert sind, die Menschen, die sich um Sie gekümmert haben, die sanften Überraschungen von Freunden und Lieben, alle Ihre Lebensgründe explizit aufzuschreiben. Gehen Sie zurück. Wenn Sie ein Textverarbeitungsprogramm benutzen, könnten Sie zurückgehen und mehr Details hinzufügen, wenn Ihnen die Dinge wieder einfallen. Es gibt kein Allheilmittel, aber sich unbehaglich zu fühlen und zu versuchen, sich an Ihre bequemsten Erinnerungen aus Ihrem Leben zu erinnern, ist weniger belastend als einfach nur sexuell unbehaglich zu sein und nichts anderes zu haben, das mit dem Schmerz um Ihren Verstand konkurriert.

Eine letzte Anmerkung.

Ich bin einer von vielen Menschen, die für Ihr Wohlergehen beten.

2
2
2017-03-17 01:34:58 +0000

Heureux d'entendre que votre patron l'a pris au sérieux la deuxième fois. Les personnes qui viennent ici via Google pourraient considérer ceci pour leur propre problème :

Les patrons optimisent généralement leur stratégie de gestion pour le cas le plus courant. Dans un secteur où les gens sont extrêmement directs (une personne terriblement directe dans ce cas), même un bon patron peut confondre politesse et indifférence.

Exprimer les problèmes plus concrètement peut aider (dans ce cas, une liste d'événements spécifiques a fait l'affaire). Cela peut également aider à énoncer le problème général, à savoir que les personnes d'une politesse inhabituelle doivent être gérées différemment.

Les bons patrons considèrent ce genre de choses comme un défi intéressant, et cette question montre qu'il vaut la peine de leur donner une seconde chance de comprendre. Mais les mauvais patrons existent aussi, et quiconque cherche encore des conseils après plusieurs tentatives de communication n'a peut-être pas d'autre choix que de quitter son entreprise.

2
1
2017-03-14 04:03:03 +0000

Le comportement de cette personne à votre égard est inacceptable, non professionnel, et viole très probablement les politiques de votre entreprise en matière de conduite

Documentation est votre meilleur ami. Documentez les tentatives ultérieures de son harcèlement. Les informations spécifiques et importantes à saisir sont les suivantes :

  1. Quand l'incident a eu lieu
  2. Comment cela s'est produit - par courrier électronique, verbalement, physiquement par des attouchements, etc. La formulation exacte de ce qui a été dit, si vous vous en souvenez
  3. si l'e-mail / la messagerie instantanée, une copie du message ou une capture d'écran de la messagerie instantanée

De même, toute communication qui lui est adressée et qui vous montre que vous vous opposez à son comportement doit également être sous forme écrite afin qu'il ne puisse pas nier plus tard que vous l'avez écrite. En conservant la documentation, vous créez une trace écrite qui ne peut que vous aider et évite qu'il ait dit / qu'elle ait dit. **Ne pas faire d'éditoriaux, mais simplement s'en tenir à ce qui a été dit ou écrit par le harceleur.

1
1
2017-03-15 05:02:50 +0000

Je dirais que vous avez atteint un point où la seule action raisonnable est de faire appel à un avocat. Vous êtes harcelé dans votre travail, parler au harceleur n'a pas aidé, et les "RH" de votre entreprise (le PDG) ferment les yeux. Tout avocat se mettrait à baver devant ces faits et commencerait à vous voir comme un gigantesque sac d'argent ambulant. Vous pouvez avoir l'impression que vous ne voulez pas profiter de la stupidité d'une autre personne (ou de l'apparente naïveté du PDG), etc., mais considérez un instant à quel point le fait d'attendre des femmes qu'elles quittent en silence un emploi qu'elles font bien et qu'elles apprécient simplement parce qu'un type ne peut pas se garder pour lui alors qu'on lui a clairement demandé de le faire, est un frein à leur retour au travail.

Il existe en effet une "résistance symbolique" - un phénomène où les femmes non opposées aux relations sexuelles repoussent d'abord les avances sexuelles pour ne pas paraître faciles, surtout si l'homme n'a pas fait grand-chose dans le sens de la cour traditionnelle. Cependant, dans un cadre habituel, une femme peut dire non au début, mais en fait elle ne part pas si c'est sa place ou ne met pas l'homme dehors si c'est sa place. Sur la base de ce facteur et d'autres, il n'y a généralement pas beaucoup d'ambiguïté sur ce qui se passe avec la résistance symbolique. Bien sûr, tout cela signifie qu'il est extrêmement inapproprié pour un homme de supposer qu'une femme s'engage dans une résistance symbolique sur le lieu de travail, puisque la femme n'a pas l'autorité de le mettre à la porte s'il se trouve que ce n'est pas une résistance symbolique.

Vous devriez donc absolument envisager de faire appel à un avocat ! Avec une histoire comme celle-ci, il ne fait aucun doute que vous obtiendriez des consultations gratuites et que vous auriez probablement le choix de votre avocat.

1
0
2017-03-18 22:03:58 +0000

Une chose qui ne vaut rien et que je n'ai pas encore vue ici (bien que je l'aie peut-être manquée) est d'informer votre patron que si rien n'est fait contre ce comportement, que vous considérez l'inaction de l'entreprise dans cette affaire comme non seulement une négligence mais qu'elle les rend complices de la création d'un environnement de travail hostile ainsi que de tout incident survenu après vos premières tentatives de signalement. Dites-le avec force, avec conviction -- si cela n'attire pas l'attention, vous devez brûler tous vos congés de maladie et commencer à parler à un avocat (et à la police, si elle vous le conseille).

IANAL, mais cela relève de la "connaissance que tout cadre/représentant des ressources humaines devrait avoir" ; le fait de ne pas agir lorsqu'une plainte pour harcèlement (plus particulièrement pour harcèlement sexuel) est enregistrée contribue directement à la création d'un environnement de travail hostile et expose l'entreprise à une responsabilité MASSIVE. Si votre PDG est un PDG typique de startup (peu ou pas d'expérience managériale "réelle"), il ne comprend pas la gravité de cette situation, et en lui faisant craindre la loi, vous l'inciterez très probablement à avoir une discussion avec un avocat/responsable des ressources humaines, qui devrait immédiatement lui expliquer la gravité de la situation.

0
-2
2017-03-20 01:02:07 +0000

Je me rends compte que la question ici comporte des points extrêmes, mais toutes les situations ne sont pas comme ça, donc je donne une autre réponse. Je pense que cette situation particulière appelle une escalade vers les RH/la direction parce que l'homme a touché son visage, mais ce n'est pas toujours parce que quelqu'un montre un intérêt romantique pour une personne avec qui il travaille que cela pose problème.

Je ne veux pas être impoli, mais il semble que le "féminisme" ou des forces similaires prennent le dessus sur les interactions sociales sur le lieu de travail. Lui avez-vous dit que vous n'êtes pas intéressée par toutes les dates et pas seulement par une invitation spécifique ? En fait, il n'y a rien de mal à 1) être amical avec ses collègues 2) exprimer un intérêt romantique pour ses collègues, à condition que cela se fasse de manière respectueuse et sans interférer avec le travail. Vous passez peut-être plus de temps au travail qu'à la maison.

Je déconseille certaines suggestions faites par d'autres réponses, par exemple le fait qu'un homme flirte avec une femme ne signifie pas qu'elle doive voir un thérapeute.

-2
-4
2017-03-14 18:33:01 +0000

Tout d'abord, je (FWIW un homme) suis vraiment désolé que vous traversiez cette expérience. Il est tout à fait inacceptable qu'il vous fasse des avances non désirées alors que vous lui avez poliment fait savoir que ce n'est pas bien. Il a tort - ne l'oubliez jamais. Et n'oubliez jamais que vous avez la morale, l'éthique et le droit en tête.

Je vous recommande de ne pas lui dire "NON" ou "ARRÊT" (_veuillez lire la suite avant de voter à la baisse !) ou d'utiliser une autre communication conflictuelle similaire, pour les raisons suivantes :

  1. ce n'est pas votre style ; soyez fidèle à vous-même
  2. En utilisant un style en dehors de votre style habituel, vous lui montrez que vous êtes contrarié/déconcerté par ses actions, ce qui signifie que be a un "contrôle" sur vous... pas bon
  3. En étant agressif, cela pourrait évoquer un effort plus concerté de sa part, comme un défi
  4. D'un point de vue linguistique, dire "NON", "ARRÊT" etc. à ses avances ne signifie pas en fait que vous n'êtes pas intéressé. C'est lui dire d'arrêter de demander. Il est très important de réaliser que ce sont des choses très différentes, surtout pour son esprit inconscient.

Voici ce que je recommande...

Soyez calme, détendue, ferme et confiante, et dites-lui que vous n'êtes pas intéressée par lui sur le plan romantique. Lui dire cela vous donne du pouvoir, parce que vous lui dites qu'il est désavantagé - il vous aime bien, mais vous ne l'aimez pas.

Une fois que cela aura coulé dans (quelques secondes), alors dites-lui et je ne veux pas m'inviter à prendre un café ou à dîner ou quoi que ce soit d'autre. Maintenant, vous avez le contrôle - vous lui dites ce qu'il doit faire ; vous le commandez. Vous avez établi le pouvoir, et maintenant vous l'exercez. Son ego sera écrasé et c'est son ego qui dicte son comportement.

Pensez à lui dire à portée de voix, ou en présence d'autres personnes. Ne "faites pas une scène", mais ne soyez pas timide non plus. Tenez-vous droit et soyez fier. Vous êtes une personne appréciée, qui a des droits, du pouvoir et de la dignité. Dites-lui de la même façon que vous communiqueriez et que vous aborderiez un sujet lié aux affaires - comme si c'était un fait ordinaire, ce qui est le cas. Si vous lui chuchotez ou lui dites en privé, vous perdez le pouvoir (parce qu'il vous a fait vous retirer du public pour lui dire). Tout cela risque de ne pas fonctionner. Malheureusement, ce type est un connard, et votre patron en est un aussi pour ne pas le retenir et ne pas vous respecter. Plus malheureusement, en raison de la relation de votre patron avec lui, le patron va se ranger de son côté. Je garderais mon CV à jour si j'étais vous - vous ne méritez pas le stress de la recherche d'un nouvel emploi, mais il vaut mieux quitter un environnement toxique le plus vite possible avant de perdre une partie de vous-même pour toujours. Restez intacte.

Vous méritez un respect total à tout moment.

-4
-6
2017-03-14 09:16:31 +0000

Beaucoup de bonnes réponses, mais comme la probabilité que vous y restiez est faible, je conseillerais une autre approche à ma fille, si elle se trouvait dans ce genre de situation. C'est plutôt désespéré de toute façon, alors peut-être qu'il est temps de faire quelque chose de désespéré aussi.

Vous dites que vous n'êtes pas conflictuel. Il vous intimide (et c'est probablement un mot faible) exactement à cause de cela. Il vous voit comme une proie, et non comme un être humain. C'est le genre de prédateur qui ne voit le monde qu'en termes de pouvoir.

Vous devez prouver que vous ne le craignez pas (même si vous le craignez). Vous devez l'affronter. Vous devez le contre-attaquer. Par la violence verbale. Bien sûr, pas de violence physique (vous auriez alors tort et vous seul auriez tort), mais de la violence verbale. Juste une fois. Utilisez l'effet de surprise. Soyez prêt pour la prochaine fois qu'il vous intimide. Et soudain, sans avertissement, explosez et lancez-lui un flot d'insultes, aussi laid que possible.

Oui, je sais. Cela pourrait te faire virer. Mais si tu ne résous pas la situation rapidement, tes jours au sein de l'entreprise seront de toute façon comptés, comme d'autres l'ont dit. Alors soyez prêt à partir, et ensuite à le renvoyer sur le banc de l'école qu'il n'aurait jamais dû quitter.

P.S. : Un des risques de ce genre de tactique, cependant, c'est que vous risquez d'aimer ça. Et il ne faut y avoir recours que dans des circonstances désespérées, il vaut donc mieux hésiter à les utiliser. Et vous devez assumer votre comportement si le patron vous le demande.

Et vous risquez d'être licencié pour cela, si votre patron donne la priorité à son copain. C'est une stratégie à haut risque. Mais dans une si petite entreprise, avec, je suppose, peu de processus formel, des conseils standard comme "écrivez tout" et "appelez les RH", qui sont très judicieux dans un environnement de grande entreprise, ne vous donnent même pas autant de chances de réussite, je le crains.

TL;DR : La situation est désespérée, et il est temps d'essayer des choses désespérées, et d'être harshly confrontationnel, une fois dans votre vie.

-6

Questions connexes